Accompagner l’aromathérapie à l’hôpital, notre nouvelle action solidaire !

Accompagner des jolis projets, on adore ça. Et quand en plus ça touche au monde des soins à l’hôpital, Emma, ancienne infirmière, se sent d’autant plus concernée !
Aujourd’hui, je laisse la parole à Laury, qui s’est lancée le merveilleux défi d’intégrer l’aromathérapie en milieu hospitalier.

Un projet part toujours d’une graine…

Je suis infirmière en soins généraux depuis 2004 et suis passionnée par ce que je fais, le contact avec les patients est essentiel dans mon métier. Passionnée également par la nature et les médecines alternatives et holistiques, j’ai décidé en 2013, de me former à l’aromathérapie, auprès de l’École Lyonnaise des Plantes Médicinales. Un an de formation réalisée sur mon temps libre. Une année enrichissante et formatrice, qui m’a permis d’acquérir des connaissances solides et fiables sur l’aromathérapie familiale et scientifique. Je débute en parallèle un travail de recherche sur l’aromathérapie hospitalière, ses possibilités et sur ce qui est déjà mis en place dans certains hôpitaux français et européens.

Après un changement de région, je débute dans un nouveau service, dans un hôpital, où je sens qu’un projet d’aromathérapie pourrait être viable et envisageable. J’ai donc pris le parti d’aborder, dès mon entretien d’embauche, le souhait de mêler l’aromathérapie à mon métier d’infirmière, ce qui a été entendu et plutôt bien accueilli. C’est un établissement public de santé, l’activité s’inscrit dans la filière gériatrique et handicap. La patientèle rencontrée dans le service où je suis en poste est avant tout âgée, polymédicamentée, avec souvent des troubles du comportement, des pathologies type maladie d’Alzheimer ou en situation de soin palliatif. L’aromathérapie pourrait être un plus dans la prise en charge. Et si je relevais le défis de faire rentrer l’aromathérapie à l’hôpital?

La naissance du projet.

C’est donc de manière très informelle que j’ai sollicité ma hiérarchie afin de leur parler de mon projet. L’idée était simple, à mes yeux l’aromathérapie pouvait faire son entrée à l’hôpital selon un axe, l’olfactologie. En effet, les huiles essentielles peuvent être utilisée selon plusieurs voies, la voie cutanée, interne, diffusion… La voie cutanée, en vue de la population âgées de l’hôpital me semblait peu envisageable en première intention, tout comme la voie interne. Mais en diffusion l’aromathérapie offre deux aspects très intéressent, surtout dans le monde hospitalier, la gestion des odeurs et l’impact émotionnel et psychique que les molécules aromatiques peuvent offrir.

C’est ainsi que j’ai présenté mon projet. J’ai par la suite cherché des personnes ressources, qui pourraient dans un premier temps me donner leur ressenti sur la viabilité de ce projet, mais aussi le faire vivre au sein des différentes unités de soins.


N’oublions pas que je suis infirmière en poste avant tout, et non détachée à temps plein pour ce projet. C’est ainsi que j’ai rencontré, outre ma hiérarchie, des personnes telles que les animatrices et aides soignantes de certains services, prêtes à participer à mon projet.

Après les avoir rencontrés, un fil conducteur pour le projet s’est dessiné et j’ai pu le mettre en forme par écrit. Un projet, deux axes, autour de l’olfactologie. J’ai passé de longue heures à référencer les études, thèses et projets existant déjà en France et en Europe sur le domaine de l’aromathérapie hospitalière. C’est ainsi que j’ai découvert de nombreux écrits déjà parus, des livres, des thèses en pharmacologie, des projets similaires déjà existants, des associations, et même des sociétés commercialisant du matériel professionnel de diffusion. Plusieurs mois ont été nécessaires afin de tout mettre par écrit et de contacter les personnes moteurs pour ce projet, comme un médecin acceptant d’être référent à ce projet. Au bout de trois mois, j’avais écrit la partie théorique, testé mes idées au sein des services, trouvé un fournisseur, des acteurs ressources, fait validé le projet par ma hiérarchie et la direction de l’hôpital. Restait à trouver le « nerf de la guerre », le financement!

Les premiers pas du projet, selon deux axes.

      • Les ateliers:

Le premier axe de mon projet se base sur l’olfactologie à proprement parlé des huiles essentielles, avec un atelier basé sur l’olfaction et la mémoire. Les ateliers d’olfactologie recouvrent des activités de stimulation cérébrale auprès des personnes, notamment atteintes de pathologies spécifiques (traumatisme crânien, anorexie, AVC, Alzheimer….). Grâce à l’olfaction, on travaille sur la mémoire psychosensorielle indépendante des autres mémoires qui peuvent être affectées par des troubles cérébraux, car l’odorat est le sens directement lié au système limbique, siège de notre mémoire et de nos émotions. C’est une voie royale pour restaurer les souvenirs, faire resurgir des instants d’enfance, retrouver des lieux comme une maison de vacances, le potager du grand-père, l’armoire de linge de la grand-mère…

« Patty Canac 1 : L’odorat est lié au langage, aux émotions et à la mémoire, mais sa particularité est d’avoir un lien direct avec le système limbique, qu’on appelle aussi le « cerveau des émotions ». Cette connexion permet à l’olfaction d’accéder aux souvenirs plus rapidement que les autres sens. Il fait passer la mémoire avant l’analyse car il court-circuite le cheminement mental habituel. Le souvenir olfactif ressurgira à l’improviste, lorsqu’on sera de nouveau en présence d’une odeur marquante perçue dans notre enfance. Ce qui est remarquable, c’est le sentiment réel de revivre ce moment. Le souvenir olfactif est multi-sensoriel : notre mémoire a également enregistré des images et des sons. En sentant, nous allons être projetés dans un décorum particulier qui va nous faire revivre une scénographie. C’est ce qui donne toute la richesse du souvenir via l’odeur. A la différence de l’image, l’odeur laisse une totale liberté à l’imaginaire de la personne qui sent et c’est ce qui crée cette dimension intérieure. C’est un véritable voyage spatio-temporel, comme disait Proust. »

      • La diffusion:

La diffusion atmosphérique des huiles essentielles permet la dispersion dans l’air des molécules volatiles très souvent parfumées qui les composent. Cette diffusion vise à créer une ambiance agréable, relaxante ou vivifiante, tel un décor olfactif assurant à la personne confort et bien être. En fonction des huiles essentielles choisies, les molécules actives peuvent également apportées des vertus thérapeutiques bénéfiques qu’il sera facile de mettre à profit. L’inhalation d’huiles essentielles pourrait s’avérer un traitement potentiellement efficace dans les cas de troubles psychiatriques, notamment, de la maladie d’Alzheimer, de la maladie de Parkinson, mais aussi dans les cas d’anxiété, de stress ou de nervosité, pour aider à trouver le calme, le sommeil, ou préserver la mémoire.

La diffusion atmosphérique est un moyen sécurisé pour agir sur notre état émotionnel, mais également sur les odeurs. En milieu hospitalier ou en institution, les mauvaises odeurs peuvent rapidement faire écran dans la relation d’aide au patient ou à la personne âgée. Urines, selles, plaies d’escarre peuvent se révéler néfastes à une prise en charge optimale. Elles peuvent affecter le travail soignant auprès de son patient, mais également « surprendre » les visiteurs qui les percevront comme une déchéance et qu’ils associeront même parfois à des souvenirs ou sensations désagréables, qui les éloigneront de la personne à visiter. A certains visiteurs, elles peuvent même laisser supposer un manque d’hygiène et générer une opinion négative, bien qu’imméritée sur l’établissement. Il faut donc atténuer, neutraliser ces odeurs multiples, et la diffusion des huiles essentielles le permet. Mais à côté de cette nécessité incontournable de purifier l’air, de neutraliser ou d’éliminer les odeurs désagréables pour tenter d’obtenir une ambiance olfactive agréable, la diffusion d’huiles essentielles judicieusement choisies peut également apporter une aide thérapeutique complémentaire efficace (action anti-infectieuse, apaisante, relaxante…).

Mise en place du projet grâce à une association et à une bonne fée.

Après avoir tout monté, il me fallait donc trouver un financement. Au sein de l’hôpital, il existe une association, qui finance certains projets, l’association « Hôpital Sourire ». Je les ai donc contactés grâce à une des animatrices de l’hôpital, Nicole et à la direction. Après leur avoir présenté le projet, ils ont accepté de participer à l’achat du matériel de diffusion. Néanmoins, la somme requise pour le projet restait conséquente, l’association ne pouvait le prendre en charge totalement financièrement.

      • Présentation de l’association « Hôpital Sourire ».

Offrir le sourire au coeur de l’hôpital

Créée en 1995, l’association Hôpital Sourire a un but exclusif d’assistance, de bienfaisance et d’aide aux enfants malades accueillis au CHU de Toulouse et en Midi-Pyrénées. En 2010, l’association a étendu son action aux personnes âgées (Pôle Gériatrie de Toulouse Purpan) grâce à la création de l’antenne Plus de Soleil pour nos aînés. Parce que la maladie représente des moments difficiles pour chacun, Hôpital Sourire agit pour rendre un peu plus supportable l’hospitalisation, rompre l’isolement, apporter le bien être et favoriser le lien humain, culturel et social.

Offrir des moments de jeu et de rêve aux enfants malades

Pour mieux accompagner les enfants dans les moments difficiles et les aider à surmonter l’épreuve de la maladie, Hôpital Sourire finance de nombreuses activités ludiques, culturelles et éducatives au cœur même de l’hôpital, afin de leur offrir des moments de rire, de rêve et de créativité. L’association agit de même pour améliorer le cadre de vie des services (décoration, matériels, équipements de confort) et favoriser la présence des parents au chevet de leur enfant (lits d’accompagnants…).

 Favoriser le bien être des personnes âgées à l’hôpital

Fort de son expérience en milieu hospitalier, l’association Hôpital Sourire a étendu ses actions en faveur des personnes âgées, en créant en 2010 l’antenne « Plus de soleil pour nos aînés» pour relever le défi du vieillissement de la population. Le but est de favoriser le bien être des résidents accueillis dans les services de gériatrie du CHU de Toulouse et du Gérontopôle.

Cliquez ici pour consultez la plaquette PDF.

Faites un DON.

      • Présentation de ma bonne fée « les Tendances d’Emma »

C’est au détour d’une conversation avec une amie Emma, connue et reconnue sous sa marque « les Tendances d’Emma », que le projet a pris son virage final! En effet, Emma vend sur le web et dans divers boutique en France et dans le monde entier, des produits avec de belles valeurs.

Interview d’Emma:

1 – Emma, quelques mots sur votre parcours…
Ingénieur commercial, j’ai découvert le soin aux autres en devenant bénévole à la Croix Rouge. Et je me suis dit que je ne voulais pas d’une relation aux autres basée sur le « combien vaux-tu, combien crois-tu valoir et qu’est-ce que tu vas me rapporter ? » sur un plan professionnel. J’ai donc tout arrêté et repris des études d’infirmière. J’ai été diplômée puis ai travaillé en réanimation. A la naissance de mon second enfant, je me suis demandée pourquoi il n’existait pas de solution simple pour passer au lavable, au-delà des couches… Remplacer le coton par exemple, en reproduisant les gestes que j’avais avec les produits jetables. Les Tendances d’Emma étaient nées ! Lorsqu’il a fallu faire produire, c’est tout naturellement que je me suis tournée vers les détenus.

2 – Ce qui vous a motivé à créer votre entreprise
Le fait de me faire confiance ! Il y a quelques années, j’avais vu un concept que j’avais imaginé des années plus tôt repris par une société. Cette fois-ci, je me suis dit « lance-toi, vas-y ». Je suis devenue auto-entrepreneur, et finalement, cela a grandi sans même que je m’y attende ! La vie a fait le reste, et je me suis toujours dit « fais-toi confiance, tu n’es pas la seule à avoir envie de faire quelque chose pour la planète sans vouloir révolutionner ton quotidien ! ».

3 – L’originalité et les points forts de votre concept et / ou produits ?
Le fait de s’intégrer chez Mr et Mme Tout le Monde ! Aujourd’hui, tout le monde a envie de faire un geste pour notre planète. Chacun est conscient des enjeux de notre avenir. Pourtant, le lavable peut faire peur. Le principe des Tendances d’Emma, c’est un peu comme la parabole du colibri : faire ce qu’on peut, à son niveau, sans révolutionner la terre entière ou sa vie, mais en étant convaincu que c’est la somme de petits riens de chacun qui font le grand tout d’une planète. Effectivement, remplacer son coton pour se démaquiller ne va pas inverser les vents marins… mais c’est tout de même 6 m3 de déchets par femme… Mine de rien, on est quelques milliards et la culture du coton conventionnel reste la plus polluante au monde. Le principe des Kits Eco ne nécessite aucune machine supplémentaire, aucune contrainte, aucun changement des habitudes… Résultat, toutes mes clientes me disent « cela ne me viendrait pas à l’idée de racheter du coton, c’est tellement simple à utiliser ! ». Eh bien, c’est gagné !

4 – Vos valeurs éthiques et écologiques
Je suis avant tout une femme et une maman comme tout le monde. Qui se soucie de l’avenir de ses enfants et qui pense que notre action portera des traces sur l’avenir. Donc qu’il faut prendre conscience de cela. Le changement des mentalités prend 20 ans. Mais je suis heureuse de voir les gens de plus en plus sensibilisés à la planète, faire de plus en plus de place à l’écologie. Je crois dans le fait que nous sommes tous acteurs de notre société et que c’est à nous de prendre en main individuellement pour construire ensemble nos valeurs de demain, pas d’attendre de notre société qu’elle nous impose ce qu’on doit faire ou non à coup de « bonus ou malus ». Que chacun a sa chance, y compris une seconde chance à la sortie de prison.

5 – La réussite dont vous êtes le ou la plus fière
Ma vie aujourd’hui, conforme à des valeurs humanistes auxquelles je crois. Je suis en accord avec moi-même et cela se ressent jour après jour dans ma vie de femme et de mère. Mon mari et mes enfants voient une femme heureuse et épanouie, qui a eu raison de se faire confiance, de croire en elle et en ses idées, d’assumer son besoin de réalisation, y compris si cela prenait du temps. Résultat, nous partageons de vrais moments intenses et équilibrés. Ils ne me connaissent pas débordée, fatiguée ou énervée après une journée qui m’a pompé toute mon énergie. Au contraire. Je m’épanouis dans mon travail et ma réalisation et suis donc totalement disponible et pleine d’énergie à leur donner et à partager avec eux.

6 – Ce qui vous fait avancer jour après jour
Faire ce que j’aime, croire en mes idées, apporter des solutions simples aux gens… et retourner régulièrement à l’hôpital en tant qu’infirmière pour continuer à soigner les autres !

Emma n’a pas juste crée sa boutique en ligne! Elle s’est engagée dans une voie que bien peu de personne ose emprunter! Elle est persuadée qu’une succession de petits riens peuvent faire de grand tout. Que nous sommes tous acteurs de notre société et que c’est nos actions au quotidien qui en feront ce qu’elle en deviendra.

C’est une personne généreuse que je connais depuis de nombreuses années, presque dix ans en fait et qui m’a toujours épaulée et soutenue. C’est une personne merveilleuse, humaine et qui a déjà soutenu bien des projets!

Projet Cap Femina

L’espoir dans les Voiles.

Et c’est très naturellement, sans que je lui demande quoi que se soit, qu’elle s’est proposée de faire un don à l’association Hôpital Sourire, afin que cette dernière puisse financer intégralement le projet d’aromathérapie.Emma a fait un don, d’un tiers de la somme finale nécessaire pour le projet, à l’association ! C’est un geste plus que généreux ! C’est un geste tellement merveilleux !

Sans elle, sans les Tendances d’Emma, le projet n’aura sûrement pas vu le jour. Et je lui en suis sincèrement reconnaissante, tout comme l’association Hôpital Sourire et M. Galy, Coordinateur de l’antenne et comptabilité, qui a validé le financement du projet, avec le don d’Emma! Un merveilleux projet est né, grâce à la générosité de merveilleuses personnes! Merci infiniment!

1http://www.olfarom.com/patty-canac.php

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.